Une âme effarouchée

31 mai 2019

Avec

Avec elle, le filtre - dans lequel passent mes pensées avant d'être changées en parole - voit ses mailles s'élargir, le filtre se relâche.
Je ne lui dis pas tout ce qui me passe par la tête, non bien sûr, mais je lui en transmets une proportion assez inédite dans mon histoire personnelle.
Je ne ressens envers elle aucune méfiance, aucune crainte que nous puissions ne plus nous comprendre un jour, ou ne plus prendre de plaisir à rapprocher nos corps.
Elle est faite du même bois que moi, ce qui est sécurisant, mais son essence est tout de même suffisamment différente de la mienne pour que je puisse la désirer ardemment.
Tu as le visage de mon idéal, le corps de mes fantasmes,
Tu es la Femme de mes rêves, désirée sans trêve.
Et moi je t'ai, avec toi enfin je suis.

Posté par Wakajawaka à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2019

Chorégraphie

Acculé dans un coin du ring de la vie,
Assommé par le violent pugilat de la réalité,
Saoulé de coups, sevré de tendresses,
je cours me réfugier en moi-même,
Oubliant l'extérieur, reniant toute altérité.
*
J'apprends à danser, ou plutôt à bouger, j'apprends a être souple dans ma tête, puis la souplesse se transmet à mon corps.
Il faut du temps pour se débloquer, comme en toute chose, il faut du temps pour évoluer.
Je laisse la liberté me guider, décider de mes pas, de mon rythme, mes envies se propagent dans mes membres, s'expriment dans mon souffle.
Je m'enivre de mouvements, je me délecte de ces étirements.
L'univers entier se meut en moi, 
Mobile, je participe à la danse du monde,
Je ne suis plus affalé dans la morbidité
Je bouge, sans motif, sans attente,
Je bouge simplement parce que je suis vivant.

Posté par Wakajawaka à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2019

Juste

"Le réel est un cas particulier du possible"
*
La vie est une machine à dégueuler de l'injustice; il en profite largement et il en remercie le ciel tous les jours que Dieu fait.
Pendant que des hommes responsables et sérieux triment, suent et souffrent en exerçant des métiers inintéressants, il se rapproche de leur femme qui s'ennuie seule toute la journée.
Il dispose de suffisamment de provision de temps pour en offrir de larges tranches, à des demoiselles trop délaissées, pas assez ou mal aimées.
L'injustice n'est pas que souffrance puisque, si elle amène forcément des perdants, elle apporte aussi la joie à des individus très heureux de recevoir plus qu'ils ne donnent.
Le bonheur doit-il être proportionnel au mérite, aux efforts consentis; le bonheur doit-il être arithmétique ?
Ne se dépose t'il pas plutôt là où il se sent le plus apprécié ?

Posté par Wakajawaka à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2019

Tellement française

Une cliente d'un supermarché, d'une cinquantaine d'années, en posant ses articles sur le tapis roulant, se confie à la caissière, en maugréant :
"Ici tout le monde tire la tronche, en Espagne, au Portugal, c'est pas comme ça !"
Cette dame attend que la bonne humeur lui soit transmise du dehors, comme un virus du sourire.
Elle serait moins aigrie et plus agréablement surprise si elle se décidait à arborer un sourire en premier, sans attendre que l'autre réponde à ses requêtes de bonheur.
Au lieu de cela, elle agit de façon typiquement française en critiquant autrui, coupable de ne pas agir selon ses souhaits.

Posté par Wakajawaka à 05:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2019

Ressentis

Il semble faire l'unanimité.
Quelqu'un qui plaît ainsi à tout le monde peut-il encore se plaire à lui-même ?
*
Toujours, en toute occasion, nous étions parfaitement égaux en droit.
Jamais, pourtant, nous ne fûmes heureux.
Notre égalité se concrétisait surtout dans l'intensité de notre désespoir individuel.
Effrayés par la violence de l'ennui que nous ressentions lorsque nous étions seuls, nous avions décidé de nous ennuyer ensemble, en meutes.
La rancoeur se déploya cependant dans nos coeurs quand nous avons constaté qu'autrui ne pouvait finalement alléger notre lourdeur d'exister.

Posté par Wakajawaka à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2019

à 5 mètres - à 5 centimètres

Je la vois, à environ cinq mètres de moi, j'en ai presque le souffle coupé.
Habitués à être collés l'un à l'autre, parfois l'un dans l'autre, habitué à regarder son doux visage en embrassant ses tendres lèvres, j'avais un peu oublié sa grande beauté lorsque je peux la contempler en entier, d'un peu plus loin.
Son élégance, ses expressions de visage, sa démarche souple, quand elle se rapproche de moi, me ravissent en tout point.
Elle me comble, le vide est devenu plein.
*
Plaisirs insensés, sens aiguisés
Je me déploie en elle,
Je gonfle son intérieur,
Le plaisir la surprend,
Jambes écartées elle se rend.

Posté par Wakajawaka à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2019

Voisinage

Je fais le tour de mon quartier, histoire de trimballer mon âme effarouchée hors de son antre habituelle, de la divertir un peu.
Sur le trottoir opposé au mien, je remarque une voisine assez âgée appuyée sur deux cannes depuis quelques semaines, peut-être suite à une opération à la hanche.
Je me rappelle à quel point on peut se sentir vulnérable et fragile lorsqu'on arpente la ville ainsi, aidé de béquilles; je ressens de la peine pour elle.
Un peu plus loin, voilà qu'arrive ma voisine américaine, enfin je l'appelle mentalement comme ça parce qu'elle sourit toujours largement en  lançant son habituel "bonejouw".
Elle promène son petit chien, elle est sympathique, un visage à se prénommer Sandy, ça doit être agréable de lui faire des "hugs" et de manger ses pancakes le matin au saut du lit.
Près du centre commercial, zone le gang des nounous du quartier au volant de poussettes deux - voire trois - places : ce sont les gouvernantes du bitume.
Ça papote, ça ragote, ça se dessèche la glotte à former des mots mais ça ne s'occupe guère des poupons dont elles ont la charge.
Je réalise que je suis un des seuls mâles en âge de travailler à me trouver dehors à ce moment de la journée.
Les autres bossent, triment, suent.
Les cons.

Posté par Wakajawaka à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2019

Dans les combles

"Votre chat est-il comblé ?", c'est écrit sur la couverture d'un magazine que j'ai vu ce matin.
C'est quoi un chat comblé d'après vous?
Un chat qui ne désire plus rien en ce monde tant il est déjà plein de tout?  (comme Bouddchat?)
Un chat obèse qui se gave de pancakes sirop d'érable toute la journée en regardant YouTube?
Quand un chat est comblé, il n'a plus d'espérance pour son avenir, sa situation ne peut plus s'améliorer, il a atteint son acmé et la suite ne peut être que moins bien..
Chat craint non?

Posté par Wakajawaka à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2019

Dense

Pendant qu'elle me masturbait, je me suis mis à pleurer; quelque part là-haut dans mon cerveau, une digue se fissurait, tandis que le milieu de mon corps était tendrement caressé.
J'en ai ressenti de la honte mais également une puissante sensation de plaisir, comme magnifiée par la tristesse.
Je me demande ce que ma douce compagne a pu penser de moi à ce moment là, si mes pleurs subites ne l'ont pas apeuré quant à la profondeur de mes névroses.
Je progresse un peu chaque jour, les souvenirs de A., de S., des douleurs endurées reviennent parfois effleurer le bord de ma conscience mais ils sont vite relégués au rang de souvenirs, de faits négligeables et poussiéreux.
Il me suffit désormais de penser au sourire de ma chérie pour aspirer les noirceurs errant dans mon esprit, pour que le sourire, spontanément, orne mon visage : mon âme devient à la fois plus dense et plus légère.

Posté par Wakajawaka à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2019

L'origine du nous

Elle me traîne avec son auto dans des coins joliment beaux, des parcs fleuris, où flottent des parfums bénis.
Elle me cuisine des pizzas, des brownies, du tiramisu... ça donne envie de lui faire des bisous, de consentir à tomber amoureux, juste une dernière fois...
Je traîne mes doigts, puis ma langue, sur son flanc (qui me bouleverse), sa bouche est entrouverte, ses yeux embrasés fixés sur mes lèvres, je la sens chancelante, presque déjà renversée par la puissance de l'envie et les attaques du plaisir.
De gros rayons de soleil pénètrent l'appartement, le vagin de ma bien-aimée est éclairé comme par un projecteur divin, ses poils pubiens brillent, je ne sais plus si je pense à une toile de Manet ou de Titien... sauf que cette beauté n'est pas prisonnière d'un tableau et je ne suis pas un simple visiteur de musée.
C'est une femme bien réelle, de chairs et de courbes affolantes, qui par un curieux mystère semble entichée de moi comme je le suis d'elle.
À moi, à nous de jouer.

Posté par Wakajawaka à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]