Le chafouin

27 juin 2017

Noms d'oiseaux

Elle donnait des noms de pathologies mentales à toute personne ayant le front d'être en désaccord avec elle.
Des pathologies bien souvent brevetées par des magazines mi poufs, mi féministes (soit des fémipoufs©) guère plus experts dans le domaine angoissant de la psychiatrie qu'une poule ne l'est en aéronautique.

Posté par Wakajawaka à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juin 2017

Oreille

IMG_20170626_120517

Beaucoup des blessures de l'homme viennent de ce que son amour propre est hypertrophié.
L'être se sent souvent trop peu ou mal aimé, il cherche obstinément considération et affection, comme un politicien mendierait une victoire électorale.
Il lui faut qu'un tiers reconnaisse sa valeur intrinsèque pour qu'il la valide à son tour 
"Tell me you love me, like i want you to".
La vie de couple n'a telle pas été imaginée afin qu'à n'importe quel instant nous ayons sous la main, au bout des lèvres, à la réception d'un sms, une écoute garantie?

Posté par Wakajawaka à 20:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

Mode d'emploi

IMG_20170623_175028

Il parle au premier degré.
Il parle au premier degré mais avec une arrière pensée
Il parle avec ironie mais sans sous entendus.
Il ment comme un courtier en assurance.
Il dit toujours (partiellement) la vérité.
Il métaphorise à longueur de jours et (r)use de symboliques.
Il récite des mots d'autrui, prémâchés de gluante bouillie cuite à l'eau tiède.
Il sourit des yeux mais pas de la bouche, ou est ce l'inverse? Comment peut on regarder à deux endroits en même temps?
Son vocabulaire est simple, mais sa rhétorique est alambiquée.
"Face à l'esprit d'un sourd, il faut demeurer muet"

Posté par Wakajawaka à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2017

Fondus dans la masse

On présente souvent les parents prêts à mourir pour leurs enfants comme des parangons de vertu, de sacrifice et d'humanité.
Or, ce comportement est partagé par de nombreuses espèces animales.
Cet instinct a été inscrit dans nos cellules par la nature afin que nous soyons plus enclins à préférer la propagation de nos gènes dans le futur plutôt que survivre dans l'ici et le maintenant.
Le terme de folie peut il être invoqué?
En tout cas, sacrée preuve de l'effroyable tendance égocentrique consistant à penser que nos gènes méritent davantage de perdurer que ceux du voisin.
Qu'ont ils de si précieux ces gènes, à part nous manipuler?
Oh certes, chaque agencement particulier de cellules nommée être humain est unique.
Mais une unicité multipliée à des milliards d'exemplaires perd de son caractère précieux.
Les flocons de neige sont également uniques, paraît-il, mais a t'on déjà entendu une mère gronder son enfant en lui déclarant : "Attention, tu vas faire fondre le flocon!"?
Non, tout le monde s'en fout du flocon, il y en a des trilliards d'autres passés, présents et à venir, formant des congères où plus un seul ne peut être discerné des autres.
Fondus dans la masse.

Posté par Wakajawaka à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Constance

Demeurer, adulte, semblable à ce que l'on était enfant, est-ce de la constance envers notre moi intime ?
Ou de la simple puérilité ?
Le monde m'apparaît, aléatoirement, 
Ou comme trop rapide, ou bien comme trop lent.

IMG_20170618_111558

Posté par Wakajawaka à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 juin 2017

Réhausseur de goût

Lorsque chaque minute de la journée, prise isolément, retranscrit dans le temporel des opportunités inespérées.
Lorsque les moments vécus sont denses et charnus, au point que je pourrais les découper en fines tranches, comme une terrine, afin de mieux me délecter de leur tessiture.
Lorsque le sens apparaît là où je ne trouvais aucune direction, c'est à dire partout et tout le temps.
Lorsque le vent me sèche, le soleil me caresse, les nuages floconnent et la nuit me berce.
Lorsque parfois tu surgis dans ma vie, exhausteur de saveur, épice existentielle, troquant le fumier quotidien en fumet providentiel.

Posté par Wakajawaka à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

Fête du bruit

Fête de la musique? Faîtes de la musique!
(Injonction impérative).
Le pire, c'est que les gens obéissent servilement en moutons bien dressés.
Pour la musique, j'ai compris le truc.
Mais quid des autres fêtes ?
Pour la journée de la femme, je dois faire quoi?
Pour la fête des morts ou celle des secrétaires?
Turlupiné je suis.

Posté par Wakajawaka à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2017

Impressions estivales

L'arrière d'un bras, le duvet d'une cuisse, l'ombre d'un sourire.
La saveur d'une fraise tout juste cueillie, chauffée par le soleil, éclatant sous les dents.
L'odeur de sève émanant des troncs de sapins entassés à l'orée du bois.
Le crissement et le ballet incessant des hirondelles lors des chaudes fin de journées d'été.
Le reste d'un souvenir de toi, surnageant les eaux calmes du lac.

Posté par Wakajawaka à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2017

Flipper

Comme une boule de flipper qui connaît des hauts puis des bas.
Des hauts, des bas, des hauts, des bas, des bas, des bas, des bas.
Ressort cassé.
On croit la partie finie et la boule éreintée mais elle s'arme pourtant d'une pelle pour creuser les fondations du bâtiment abritant le flipper.
Bas, bas, toujours plus bas.
Flippé.
Cet enfer semble éternel.

Posté par Wakajawaka à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

On ne ravale pas son vomi

Effacé les SMS de Cé. qui dataient de plus de deux mois et auxquels je n'avais pas répondu.

Effacé son numéro itou.

Qu'elle aille sonner à une autre porte.

Rien à battre.

Posté par Wakajawaka à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]