Monsieur Moulinot,
Chez toi mon rêve va tomber à l'eau,
Chez toi vont surgir les terribles mots,
Qui vont m'anéantir, me noyer sous les flots.
Chez Monsieur Moulinot,
Elle m'expliquera, sensible et patiente,
Que je lui suis certes bien sympathique,
Mais que l'idée d'un amour avec moi
la fait frissonner, presque cauchemarder.
À cause de ma tronche, de ma cervelle de taré,
À cause de mes doigts de jardiniers, de mes pulsions libidineuses
À cause de moi, à cause d'elle,
À cause de la vie,
À cause de l'univers et des étoiles filantes,
De la course des planètes, de la voracité des trous noirs.
*
Après être rentré de chez Monsieur Moulinot, il ne me restera plus que dieu vers qui me tourner,
J'espère que lui, au moins, ne sera pas allergique à mon amour,
Et ne prendra pas un air offensé lorsque j'irai le prier,
Genoux à terre et regard vers les cieux.