Tout petit déjà, il avait opté pour l'écrasement de son ego.
Il jouait de son orgue Bontempi muni d'un casque afin que personne ne puisse être dérangé par son apprentissage musical.
Il écoutait la radio à un volume si infime qu'il devait coller l'oreille au radio réveil pour entendre le moindre son.
Il n'ouvrait pas ses volets le matin parce qu'une école faisait face à sa chambre et que quelqu'un aurait pu le surprendre en train de le faire.
Sa plus grande fierté : qu'un psychiatre le qualifie de "cas complexe" sur son rapport d'hospitalisation.
Il était malheureux certes, fou également, mais complexe.